Les beaux jours d’Elif Shafak

Les beaux jours de…
Grand entretien
samedi 28 mai, 15h30
Mucem, auditorium
Entrée libre

Partager

Elif Shafak et ses invités.
Grand entretien animé par Olivia Gesbert
et traduit de l’anglais par Valentine Leÿs.

Écrivaine turque reconnue internationalement, autrice de romans aux narrations foisonnantes qui empruntent aussi bien aux récits orientaux qu’occidentaux, Elif Shafak vient à la rencontre du public au cours d’un grand entretien où il sera question de son œuvre et de son impressionnant parcours.

On se souvient de La Bâtarde d’Istanbul, paru en 2006 en Turquie, qui traitait du génocide arménien à travers des regards féminins, immense succès dans le monde entier qui lui a valu d’être poursuivie par l’État turc. Imprégnée par les mysticismes et particulièrement le soufisme, mais fustigeant toute forme de bigoterie, sa littérature s’intéresse à la mémoire et à sa transmission, aux questions de genre, d’appartenance et d’exil.

Son dernier roman, L’Île aux arbres disparus, se déroule à Chypre, à l’époque de la partition de l’île. Dans ce récit qui questionne le déracinement et les amours interdites, elle fait entendre le cri silencieux de la nature. L’écologie et le féminisme sont des thèmes chers à Elif Shafak, ce que viendra rappeler Jeanne Burgart Goutal, professeure de philosophie à Marseille et écoféministe, qui tisse un lien entre la destruction de l’environnement et les violences faites aux femmes.

Écrivant aussi bien en turc qu’en anglais, elle enseigne à l’université aux États-Unis et au Royaume-Uni, travaille pour des journaux internationaux, collabore à l’écriture de séries. Avec la présence sur scène de son éditeur français, Patrice Hoffmann, et le témoignage de sa traductrice Dominique Goy-Blanquet, il sera question de l’architecture finement élaborée de ses récits, de la musicalité de sa langue que fera entendre la comédienne Constance Dollé. Car la musique compte beaucoup pour Elif Shafak. Grande mélomane, elle est capable de faire le grand écart entre musique soufie et heavy metal, et a même écrit pour des musiciens rock !

Une rencontre passionnante avec une grande voix littéraire d’aujourd’hui, aux convictions marquées et à la trajectoire exceptionnelle.


À lire

  • Elif Shafak, L’île aux arbres disparus, traduit de l’anglais par Dominique Goy-Blanquet, Flammarion, 2022.
  • Elif Shafak, La Bâtarde d’Istanbul, traduit de l’anglais par Aline Azoulay, Phébus, 2007.
  •  Jeanne Burgart-Goutal, Être écoféministe. Théories et pratiques, L’Échappée, 2020.

En coréalisation avec le Mucem.


Revoir les grands entretiens du festival

Abonnez-vous à notre newsletter !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.