Rejoignez notre club littéraire !

Vous habitez Marseille et vous aimez lire ? L'atelier « Oh les beaux lecteurs ! » est fait pour vous !

Découvrez notre podcast littéraire !

(Ré)écoutez les autrices et les auteurs invités de la dernière édition du festival.

Revoir les beaux jours !

Vous souhaitez (re)voir les grands entretiens façon Oh les beaux jours ?

Des nouvelles des collégiens : Inscrivez-vous pour voter !

Enseignants, documentalistes, vous avez jusqu'au 13 mars pour inscrire votre classe au dispositif « Ma classe vote » et transformer vos élèves en apprentis jurés littéraires...

En savoir plus

Des nouvelles des collégiens, saison 6 : c'est lancé !

Le concours littéraire Des nouvelles des collégiens accompagne des classes à la découverte de la chaîne du livre. Découvrez les cinq auteurs qui participent à cette...

En savoir plus

Rendez-vous en 2024 !

Nous vous donnons rendez-vous du 22 au 26 mai 2024 pour la 8e édition du festival ! Cette année encore, le festival se déploiera dans de nombreux lieux : Mucem, théâtre de la...

Lire plus

Retour en images sur le festival 2023 !

Revivez en photos quelques moments forts du festival, en attendant de retrouver bientôt les podcasts des rencontres littéraires !

Voir la galerie

Affiches du festival, cartes postales, tote bag : où les trouver ?

Vous êtes nombreux·ses à nous demander comment se procurer les affiches du festival. Découvrez les enseignes partenaires et affichez-vous aux couleurs des beaux jours !

J'en veux !

Ils et elles ont fait les beaux jours !

© DR
Philippe Claudel
Auteur

Né en 1962, Philippe Claudel est à la fois écrivain, enseignant, scénariste et auteur de théâtre. Agrégé de Lettres modernes, il enseigne à l’Institut européen du cinéma et de l’audiovisuel de l’université de Nancy. Depuis son premier roman, Meuse l’oubli, paru en 1999, l’écrivain lorrain enchaîne les succès littéraires. Il poursuit avec Le Bruit des trousseaux, tiré de son expérience de professeur de français dans les prisons. Avec Les Âmes grises, œuvre unanimement reconnue par la critique, Philippe Claudel est lauréat du prix Renaudot en 2003. En 2007 est publié Le Rapport de Brödeck (prix Goncourt des lycéens). En 2008, il réalise son premier film, Il y a longtemps que je t’aime, avec Kristin Scott Thomas et Elsa Zylberstein, puis Tous les soleils en 2011, avec Stefano Accorsi. En  2012, il intègre l’Académie Goncourt. Il revient à la réalisation en novembre 2013 avec un film qui réunit Daniel Auteuil et Kristin Scott Thomas, Avant l’hiver. Il vient de faire paraître L’Archipel du chien, un conte noir et insulaire, qui sonde l’âme humaine avec la profondeur qu’on lui connaît et fait écho aux problématiques d’aujourd’hui. Bibliographie sélective Meuse l'oubli, Jacob Duvernet, 1999, réed. Stock, 2006. Le Bruit des trousseaux, Stock, 2002. Les Âmes grises (Prix Renaudot), Stock, 2003. La Petite fille de Monsieur Linh, Stock, 2005. Le Rapport de Brodeck (Prix Goncourt des lycéens), Stock, 2007. L'Enquête, Stock, 2010. L'Arbre du pays Toraja, Stock, 2016. L'Archipel du chien, Stock, 2018.

En lire plus
© Yann Diener/P.O.L
Marie Darrieussecq
Autrice

Propulsée très jeune sur la scène médiatique, dès 1996, avec la parution de son premier roman Truismes (P.O.L, 1996), best-seller traduit dans une quarantaine de langues, Marie Darrieussecq est l'auteur d'une œuvre littéraire dense publiée chez P.O.L, qui s’aventure dans divers horizons (Naissance des fantômes, Tom est mort, Clèves, Notre vie dans les forêts…). Lauréate en 2013 du Prix Médicis pour Il faut beaucoup aimer les hommes, auteur d'une thèse sur l'autofiction, elle puise ses influences littéraires chez Franz Kafka ou dans la littérature antique, comme Ovide dont elle a traduit les Tristes et les Pontiques. Elle écrit également pour la jeunesse, le théâtre et s’intéresse beaucoup à l’art. Auteur pour la presse et l’édition de nombreux textes autour de l’œuvre d’artistes visuels, elle a également écrit Être ici est une splendeur (P.O. L, 2016) sur la vie de la peintre allemande Paula M. Becker et s’est impliquée à ce titre dans la rétrospective que le Musée d’art moderne de Paris lui a consacrée. Née à Bayonne en 1969, elle demeure très attachée au Pays basque de son enfance. Elle a exercé comme psychanalyste, avant de se consacrer pleinement à l’écriture et à la promotion de ses livres. Depuis sa dernière venue à Oh les beaux jours ! en 2018, Marie Darrieussecq a publié deux nouveaux livres : La mer à l'envers (2019) et Pas dormir (2021). « Pas dormir, passionnant et poétique opus, relevant tant du récit intimiste que de l'essai méditatif, dont elle déroule les chapitres comme autant de variations, tout ensemble autobiographiques, littéraires, pratiques, scientifiques, autour du thème de l'insomnie. TTT » Nathalie Crom, Télérama Bibliographie sélective Pas dormir, P.O.L, 2021. La mer à l'envers, P.O.L, 2019. Notre vie dans les forêts, P.O.L, 2017. Etre ici est une splendeur, P.O.L, 2016. Il faut beaucoup aimer les hommes, P.O.L, 2013 (Prix Médicis). Clèves, P.O.L, 2011. Tom est mort, P.O.L, 2007. Le Bébé, P.O.L, 2002. Truismes, P.O.L, 1996.

En lire plus
© Gallmeister
Pete Fromm
Auteur

Pete Fromm est en 1958 à Milwaukee dans le Wisconsin. Peu intéressé par les études, c'est par hasard qu'il s'inscrit à l'université du Montana pour suivre un cursus de biologie animale. Il vient d'avoir vingt ans lorsque, fasciné par les récits des vies de trappeurs, il accepte un emploi consistant à passer l'hiver au cœur des montagnes de l'Idaho, à Indian Creek, pour surveiller la réimplantation d'œufs de saumons dans la rivière. Cette saison passée en solitaire au cœur de la nature sauvage bouleversera sa vie. À son retour à l'université, il s'inscrit au cours de creative writing de Bill Kittredge, et c'est dans ce cadre qu'il rédige sa première nouvelle et découvre sa vocation. Depuis, Pete Fromm a publié plusieurs romans et recueils de nouvelles qui ont remporté de nombreux prix et ont été vivement salués par la critique. Indian Creek, récit autobiographique, a été son premier livre traduit en français. Bibliographie sélective Indian Creek, traduit de l’anglais par Denis Lagae-Devoldère, Gallmeister, 2006. Avant la nuit, traduit de l’anglais par Denis Lagae-Devoldère, Gallmeister, 2010. Chinook, traduit de l’anglais par Marc Amfreville, Gallmeister, 2011. Comment tout a commencé, traduit de l’anglais par Laurent Bury, Gallmeister, 2013. Lucy in the sky, traduit de l’anglais par Laurent Bury Gallmeister, 2015. Le Nom des étoiles, traduit de l’anglais par Laurent Bury, Gallmeister, 2016. Mon désir le plus ardent, traduit de l’anglais par Juliane Nivelt, Gallmeister, 2018. La Vie en chantier, traduit de l’américain par Juliane Nivelt, Gallmeister, 2019.

En lire plus
© DR
Jean-Pierre Luminet
Astrophysicien

Né en 1951 en Provence, Jean-Pierre Luminet est directeur de recherches émérite au CNRS, astrophysicien au Laboratoire d’Astrophysique de Marseille et à l'observatoire de Paris, spécialiste de réputation mondiale pour ses travaux sur les trous noirs et la cosmologie. Il a été le premier, en 1978, à calculer numériquement l’aspect visuel d’un trou noir, et en 2003 il a fait la une des revues scientifiques du monde entier pour sa théorie d’un univers fini et « chiffonné ». A ses activités de scientifique il ajoute en effet celles d'un auteur tour à tour poète, essayiste, romancier et scénariste, dans une œuvre protéiforme où science, histoire, musique et art sont liés. Il a publié de nombreux essais, romans et recueils de poèmes, traduits en une douzaine de langues. Passionné par les relations entre science et art, il a maintes fois collaboré avec divers artistes – musiciens, peintres, sculpteurs – pour la conception d'œuvres inspirées par les découvertes scientifiques. Il anime un blog et une chaîne YouTube de culture scientifique, littéraire et artistique. Bibliographie sélective Figures du Ciel,avec Marc Lachièze-Rey, Seuil, 1998. L'Univers chiffonné, Fayard, 2001. Le Bâton d'Euclide, JC Lattès, 2002. Les Poètes et l’Univers, Le Cherche Midi, 2002. Itinéraire céleste, Le Cherche Midi, 2004. Le Destin de l’Univers, Fayard, 2006, réed. 2010. Bonnes nouvelles des étoiles,avec Élisa Brune, Odile Jacob, 2009. Illuminations, Odile Jacob, 2010. Astéroïdes : la Terre en danger, Le Cherche Midi, 2012. Les Bâtisseurs du ciel, tome 1 à 5, JC Lattès, 2006 à 2015. La Nature des choses, Le Cherche-midi, 2012. Un trou énorme dans le ciel, Éditions Bruno Doucey, 2014. L’Univers en 100 questions, Tallandier, 2015. Dialogues sous le ciel étoilé, avec Hubert Reeves, Robert Laffont, 2016. Ulugh Beg, l'astronome de Samarcande, JC Lattès, 2015.

En lire plus
© Nicolas Serve - Oh les beaux jours !
Enki Bilal
Dessinateur, Réalisateur, Auteur

Né à Belgrade, en ex-Yougoslavie, Enki Bilal arrive en France à l’âge de dix ans. Après avoir traité de sujets politiques, géopolitiques (Les Phalanges de l’Ordre Noir, Partie de chasse, avec Pierre Christin), de destins dictatoriaux et de rêves d’immortalité (La trilogie Nikopol), de cauchemars obscurantistes prémonitoires (Le Cycle du Monstre), de planète recadrant les humains (La trilogie du Coup de Sang), Enki Bilal nous prive dans sa dernière série, Bug, de notre addiction digitale en nous plongeant, non sans une certaine dérision, dans un monde de désarroi et d’enjeux multipolaires… En dehors de son œuvre en bandes dessinées, il est l’auteur réalisateur de trois films pour le cinéma, de scénographies pour le ballet, le théâtre, l’opéra, d’expositions de peinture à travers le monde, et d’installations à la Biennale de Venise. Bibliographie sélective Légendes d’aujourd’hui (La Croisière des oubliés, Le Vaisseau de pierre, La Ville qui n’existait pas), avec Pierre Christin (scénario), Dargaud, 1975, 1976, 1977, réed. Intégrale, Casterman, 2007. Mémoire d’outre-espace, Dargaud, 1978. Trilogie Nikopol (La Foire aux immortels, La Femme piège, Froid Équateur), Les Humanoïdes associés, 1980, 1986, 1992, réed. Intégrale, Casterman, 2017. Ciels d'orage, conversations avec Christophe Ono-dit-Biot, Flammarion, 2011. Trilogie du coup de sang (Animal’z, Julia & Roem, La Couleur de l’air), Casterman, 2009, 2011, 2014. Bug, tome 1, Casterman, 2018. Bug, tome 2, Casterman, 2019. Nu avec Picasso, coll. « Ma nuit au musée », Stock, 2020.   Filmographie sélective Bunker Palace Hôtel, 1989. Tykho Moon, 1996. Immortel, ad vitam, 2004.

En lire plus
© Nicolas Serve
Reda Kateb
Comédien

Reda Kateb débute sa carrière d'acteur dans le monde du théâtre à l'âge de 8 ans et joue ensuite à la fois de grands classiques, mais aussi des pièces contemporaines. Après un passage dans la série Engrenages en 2008, Jacques Audiard  le remarque et lui propose un rôle dans Un prophète (2009). Dès lors, les rôles s'enchaînent, en France comme à l'étranger. En 2013, dans le film américain Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow, il interprète un terroriste auquel la CIA arrache des informations sur Al-Qaïda. Au sujet de ses choix cinématographiques, il déclare : « J’essaye d’être libre. Avec mon physique, j’ai la chance de pouvoir passer pour un gitan, un Vincent, un Mohamed. Le cinéma joue avec les clichés. Il ne doit pas se nourrir que de ça. » En 2013, il interprète un rôle d'homosexuel arabe dans le film Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne. En 2014, il partage, avec Vincent Lacoste et Jacques Gamblin, l'affiche du film Hippocrate, réalisé par Thomas Lilti, pour lequel il obtient le César du meilleur second rôle. En 2015, il joue le rôle du chauffeur de taxi dans le film de Ryan Gosling, Lost River. En 2016, il interprète le rôle principal du film Les Beaux Jours d'Aranjuez de Wim Wenders, sélectionné à la Mostra de Venise. En 2017, il incarne Django Reinhardt dans le film Django d'Etienne Comar, qui ouvre la Berlinale 2017 et pour lequel il est nommé dans le César du meilleur acteur et reçoit le Swann d'or au festival de Cabourg. Pour les besoins de son rôle, il apprend la guitare pendant plus d'an et rencontre la communauté tsigane à Forbach. Lors du festival de Cannes 2017, il est membre du jury «Un certain regard», sous la présidence de la comédienne et productrice américaine Uma Thurman. La sortie de son deuxième film avec Wim Wenders,  intitulé Submergence, est prévue en 2018. Au Mucem, pour Oh les beaux jours !, il retrouve ses complices et amis de La Rumeur, Hamé et Hekoué, qui l'ont mis en scène dans leur film Les Derniers Parisiens (2016). Il lira aussi, sans doute, un texte écrit par son grand-oncle, le grand écrivain et poète algérien Kateb Yacine, fondateur de la littérature algérienne moderne (Nedjma, 1956).  

En lire plus
© © Benoit Peverelli
Anna Mouglalis
Comédienne

Née en 1978 à Fréjus, Anna Mouglalis passe son enfance dans le Var puis à Nantes. Elle est encore lycéenne lorsqu’elle rejoint la capitale. D’abord élève en hypokhâgne au lycée Jules Ferry, elle fait un bref passage par la Femis avant d’étudier au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris. Elle débute sa carrière à la fois au théâtre et au cinéma en 1997. Tandis que les pièces se succèdent (La Nuit du Titanic de Michel Pascal, L’Eveil du printemps de Frank Wedekind, La Campagne du dramaturge anglais Martin Crimp…), elle est révélée au public en 2000 pour son rôle dans Merci pour le chocolat de Claude Chabrol. Elle interprète son premier grand rôle dans Novo, le jeu de piste sensuel de Jean-Pierre Limosin (2002). En 2003, elle se voit à nouveau confier un rôle principal dans La Maladie de la mort, premier film d’Asa Mader, sélectionné au Festival de Venise. Suivent de nombreux films parmi lesquels J'ai toujours rêvé d'être un gangster de Samuel Benchetrit (2008) et La Jalousie de Philippe Garrel (2013). Egérie Chanel, elle a incarné la célèbre styliste dans la romance Coco Chanel & Igor Stravinsky de Jan Kounen, avant de jouer le rôle de Juliette Greco dans le biopic Gainsbourg (vie héroïque) mis en scène par Joann Sfar (2010). Côté petit écran, elle devient Simone de Beauvoir dans le téléfilm Les Amants du Flore, en 2006. Plus récemment, elle interprète la présidente de la République Amélie Dorendeu dans la série politique de Canal+, Baron noir, aux côtés de Kad Merad et de François Morel.

En lire plus
© Camille Vaugon
Rébecca Dautremer
Illustratrice

Rébecca Dautremer est illustratrice pour des ouvrages jeunesse. Passionnée par la photographie, elle se lance dans des études à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris dans un cursus de graphisme. En parallèle de ses études, elle commence à travailler pour la maison d’édition Deux Coqs d’Or puis pour les éditions Gautier-Languereau une fois diplômée. Elle gagne en notoriété grâce à l’album L’Amoureux (Gautier-Languereau, 2003) dont elle signe le texte et les illustrations et qui remporte le Prix Sorcières 2004. Rébecca Dautremer est également connue pour ses illustrations de textes de grands classiques de la littérature, comme Cyrano (Gautier-Langeureau, 2005), Alice au pays des merveilles (Gautier-Languereau, 2010), Des souris et des hommes (Éditions Tishina, 2020), et même la Bible avec Philippe Lechermeier chez Gautier-Languereau en 2014 et 2017. Toujours avec Philippe Lechermeier, elle a également réalisé les illustrations de la trilogie des Princesses oubliées ou inconnues, traduite en plus de vingt langues et publiée en France aux éditions Gautier-Languereau. Chez Sarbacane, elle écrit et illustre les aventures de Jacominus Gainsborough.   Bibliographie sélective L'Amoureux, Gautier-Languereau, 2003. Princesses oubliées ou inconnues, avec Philippe Lechermeier, tome 1, 2 et 3, Gautier-Languereau, 2009, 2010, 2012. Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough, Sarbacane, 2018. Des souris et des hommes, d'après John Steinbeck, Tishina, 2020.

En lire plus
© DR
La Rumeur
Musicien

1994, rencontre sur les bancs de la fac entre Mohamed Bourokba dit Hamé, Ekoué Labitey et Philippe Melquiond aka le Bavar. Un an plus tard, ils fondent le groupe La Rumeur. Leur base arrière, le 18ème déganté de Pigalle. Leur objectif, renouer avec les origines contestataires du hip-hop, promouvoir une conception indépendante de la pratique de leur musique. De 1997 à 1999, La Rumeur sort ses premiers disques, une trilogie de maxis 5 titres, qui fait rapidement école. La Rumeur s’envisage et s’impose comme une expérience contre-culturelle forte, traversée et nourrie par l’histoire de l’immigration. Le groupe fait de son concept, « Rap de fils d’immigrés », un label de qualité. En 2007, La Rumeur se lance dans l’écriture de projets audiovisuels en lien avec  l’histoire récente des quartiers populaires. Après la création de leur société de production, La Rumeur Filme, et un partenariat avec Memento Film, Haut et court et Canal+, Hamé et Ekoué écrivent, réalisent et produisent en 2015 leur premier long-métrage, Les Derniers Parisiens. Automne 2017 , La Rumeur a soufflé ses vingt bougies et fait paraître le livre Il y a toujours un lendemain aux éditions de L’Observatoire. Hamé et Ekoué s’y racontent en dressant le « portrait d’une passion artistique forgée dans le feu du peuple et le grouillement créatif des premières heures du Hip Hop en France ». À lire : Il y a toujours un lendemain, Hamé et Ekoué, Éditions de L'Observatoire, 2017. À voir : Les Derniers Parisiens, long métrage coécrit et coréalisé par Hamé et Ekoué, 2017. À écouter : Les Inédits, 3 volumes, 2007, 2013, 2015.

En lire plus
© Hélie-Gallimard
Olivia Rosenthal
Auteur

Olivia Rosenthal est née en 1965 à Paris. Elle a publié une dizaine de récits dont Toutes les femmes sont des aliens (Verticales, 2016) et Mécanismes de survie en milieu hostile (Verticales, 2014). Elle a obtenu le prix du Livre Inter pour Que font les rennes après Noël ? (Verticales, 2010) et le prix Wepler-Fondation la poste pour On n’est pas là pour disparaître (Verticales, 2007). Sa première pièce de théâtre, Les Félins m’aiment bien (Actes Sud-Papiers), a été créée dans une mise en scène d’Alain Ollivier en 2005. Depuis, elle a publié Les Lois de l’hospitalité (Inventaire/invention, 2008), mis en scène par Marie Vialle en 2008 et écrit actuellement une série de spectacles autour du cinéma (Antoine et Sophie font leur cinéma). Elle a également réalisé des pièces sonores (Viande froide, fruit d’une résidence au Cent Quatre ou Maison d’arrêt Paris- La Santé, 42 rue de la Santé, 75014 Paris, enregistrée pour le Musée Carnavalet), a écrit et joué un court-métrage de fiction réalisé par Laurent Larivière (Les Larmes), a composé le livret d’un opéra, Safety First (musique d’Eryck Abecassis) et fait diverses interventions écrites (affichages et fresques) dans l’espace public, autant de manière pour elle de renouveler les formes que peut prendre la littérature. Son intérêt pour la part d’oralité que recèle toute écriture l’a conduite à proposer des performances en collaboration avec des cinéastes, des musiciens, des metteurs en scène, des plasticiens et des chorégraphes. Bibliographie sélective Les Félins m'aiment bien, Actes Sud-Papiers, 2004. On est pas là pour disparaître, Verticales, 2007. Viande froide, reportages, en co-édition avec le Cent-Quatre, Éditions Lignes, 2008. Que font les rennes après Noël ?, Verticales, 2010. Ils ne sont pour rien dans mes larmes, Verticales, 2012. Mécanismes de survie en milieu hostile, Verticales, 2014. Toutes les femmes sont des Aliens, Verticales, 2016.

En lire plus
© Eric DARIBO
Patrick Chamoiseau
Auteur

Patrick Chamoiseau est un écrivain martiniquais. Auteur de romans, de contes, d’essais, théoricien de la créolité, ce « marqueur de paroles » a également écrit pour le théâtre et le cinéma. Il obtient le Prix Goncourt avec Texaco (Gallimard, 1992), formidable fresque épique, brassant souffrances et espérances de trois générations de Martiniquais. Après la publication de nombreux autres romans et essais, il revient avec Le Conteur, la nuit et le panier (Seuil, 2021) qui questionne son identité d’écrivain, sa mémoire intime mais aussi les grands enjeux de la littérature contemporaine, par le prisme du vieux maître-de-la-Parole, conteur créole qui se change en héros. En parallèle, il s’engage pour de grandes causes humanitaires. Après Frères Migrants (Seuil, 2017), à la fois essai poétique et manifeste, qui rend compte de l’urgence d’un monde où la décence et l’humanité se font rare, il coordonne le recueil Osons la fraternité (Philippe Rey, 2018) qui réunit une trentaine d’auteurs engagés pour un accueil humain des migrants. Cette année paraît un nouveau recueil, Refusons l’inhumain (Philippe Rey, 2022). Il est aussi partie prenante du projet Baudelaire Jazz (Seuil, 2022), un « chaos-opéra » selon les principes édictés par Édouard Glissant, où textes et lectures de poèmes se mêlent à la musique de Raphaël Imbert, pour célébrer les 200 ans de la naissance du poète. Bibliographie sélective Texaco, Gallimard, 1992 (Prix Goncourt 1992). Éloge de la créolité, Gallimard, 1993. Écrire en pays dominé, Gallimard, 1997. Frères Migrants, Seuil, 2017. Osons la fraternité ! Les écrivains aux côtés des migrants, Philippe Rey, 2020. Manifestes, La Découverte, 2021. Le Conteur, la nuit et le panier, Seuil, 2021. Baudelaire jazz. Méditations poétiques et musicales avec Raphaël Imbert, Seuil, 2022.

En lire plus
© Nicolas Serve
David Vann
Auteur

David Vann est né en 1966 sur l'île Adak, en Alaska, et y a passé une partie de son enfance avant de s'installer en Californie avec sa mère et sa sœur. Il a travaillé à l'écriture d'un premier roman pendant dix ans avant de rédiger en dix-sept jours, lors d'un voyage en mer, le livre qui deviendra Sukkwan Island. Publié en France chez Gallmeister en janvier 2010, ce roman connaît immédiatement un immense succès. Il remporte le prix Médicis étranger et s'est vendu à plus de 300 000 exemplaires. Porté par son succès français, David Vann est aujourd'hui traduit en dix-huit langues dans plus de soixante pays. Une adaptation cinématographique par une société de production française est en cours. Il partage aujourd'hui son temps entre la Nouvelle-Zélande, où il vit, et l'Angleterre où il enseigne, tous les automnes, la littérature. Pendant la deuxième édition du festival, il était en résidence à La Marelle à Marseille. Il revient en 2021 avec Komodo (Gallmeister), le voyage d'une mère de famille en pleine crise existentielle qui tourne au thriller. Bibliographie Sukkwan island (prix Médicis étranger), trad. de l'anglais Laura Derajinski, Gallmeister, 2010. Désolation, trad. de l'anglais Laura Derajinski, Gallmeister, 2011. Impurs, trad. de l'anglais Laura Derajinski, Gallmeister, 2013. Goat mountain, trad. de l'anglais Laura Derajinski, Gallmeister, 2014. Dernier jour sur terre, trad. de l'anglais Laura Derajinski, Gallmeister, coll. "Totem", 2014. Aquarium, trad. de l'anglais Laura Derajinski, Gallmeister, 2016. L'Obscure clarté de l'air, trad. de l'anglais Laura Derajinski, Gallmeister, 2017. Komodo, trad. de l'anglais Laura Derajinski, Gallmeister, 2021.

En lire plus
© LeonardoCendamo
Elif Shafak
Autrice

Fille de diplomate, Elif Shafak est née à Strasbourg en 1971. Elle a passé son adolescence en Espagne avant de revenir en Turquie. Après des études en « Gender and Women’s Studies » et un doctorat en sciences politiques, elle a un temps enseigné aux États-Unis. Son œuvre, pour laquelle elle a reçu la décoration de Chevalier des Arts et des Lettres, est traduite dans le monde entier et saluée par la critique. Féministe engagée, cosmopolite, humaniste et profondément imprégnée par le soufisme et la culture ottomane, elle collabore régulièrement avec des quotidiens internationaux comme The New York Times, The Guardian et La Republica. Son dernier roman, L’Île aux arbres disparus (Flammarion, 2022), se déroule à Chypre, à l’époque de la partition de l’île en deux parties, séparées par une ligne de démarcation. Elif Shafak s’intéresse aux silences, à la mémoire et à sa transmission, ainsi qu’aux questions d’appartenance, d’enracinement, et d’exil. À lire La Bâtarde d'Istanbul, traduit par Aline Azoulay-Pacvon, Phébus, 2007. Lait noir, traduit par Valérie Gay-Aksoy, Phébus, 2009. Soufi, mon amour, traduit par Dominique Letellier, Phébus, 2010. Trois filles d'Ève, traduit par Dominique Goy-Blanquet, Flammarion, 2018. 10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange, traduit par Dominique Goy-Blanquet, Flammarion, 2020. L'Île aux arbres disparus, traduit par Dominique Goy-Blanquet, Flammarion, 2022.

En lire plus
© Robbie Lee
Nancy Huston
Autrice, Traductrice

Nancy Huston est née en Alberta, au Canada. Après des études aux États-Unis puis à Paris sous la direction de Roland Barthes au sein de l’École des hautes études en sciences sociales, elle décide de rester et de s’installer en France. Elle participe activement au Mouvement de libération des femmes dans les années 1970 et cette cause reste prédominante durant toute sa carrière. Elle est l’auteure de nombreux romans, essais et ouvrages illustrés. Elle écrit ses trois premiers romans en français, avant de revenir à sa langue maternelle pour Cantique des plaines (Actes Sud, 1993), mais les éditeurs anglophones refusent de publier le texte. Elle le traduit donc en français et se rend compte que la traduction l’enrichit. Elle garde cette technique de double écriture pour tous ses romans par la suite mais écrit uniquement en français pour ses essais et ses articles. Ses romans ont obtenu de nombreux prix en France comme au Canada, dont le Prix Goncourt des lycéens et le Prix du Livre Inter pour Instruments des ténèbres (Actes Sud, 1996), ou encore le Prix Femina et le Prix France Télévisions pour Lignes de faille (Actes Sud, 2006). La musique tient une place particulière dans la vie de Nancy Huston, c’est pourquoi elle aime réaliser des concerts littéraires à partir de ses romans, que ce soit pour la jeunesse ou non. Elle participe régulièrement à la création d’ouvrages illustrés et écrit également des pièces de théâtre et des scénarios de films. Avec ses dernières publications, Nancy Huston développe de nouveaux thèmes, dont l’écologie et les disparités socio-économiques entre les pays. En 2021 sort le roman Arbre de l’oubli (Actes Sud) et l’essai Je suis parce que nous sommes (Éditions du Chemin de fer).   Bibliographie sélective Sois belle/Sois fort (essai), Parole, 2016. Rien d'autre que cette félicité, Léméac/Parole, 2019. Leçons d'indifférence (essai), Parole, 2020. Je suis parce que nous sommes (essai), Chemin de fer, 2021. Arbre de l'oubli, Actes Sud, 2021.

En lire plus

Au hasard dans nos archives

Un podcast

Tous les podcasts

Une vidéo

Toutes les vidéos

C’est tous les jours les beaux jours !

Oh les beaux jours !, c’est aussi neuf mois d’actions culturelles à destination de tous les publics

Abonnez-vous à notre newsletter !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.