Joy Sorman

Écrivaine

Née en 1973, Joy Sorman se consacre d’abord à l’enseignement de la philosophie avant de se diriger vers l’écriture.
En 2005, paraît son premier roman Boys, boys, boys, un manifeste pour un « féminisme viril », lauréat du prix de Flore. En 2013, elle reçoit le prix François Mauriac de l’Académie française pour Comme une bête (Gallimard). En 2014, La Peau de l’ours (Gallimard) est sélectionné dans la liste Goncourt.
Joy Sorman a également collaboré à des médias audiovisuels (Paris première, la Matinale de Canal+, Médiapart…)
Habituée de la scène, elle aime travailler avec des complices comme le musicien-compositeur Rubin Steiner qui l’accompagne dans la lecture de Fou comme un lapin  pour la soirée de clôture de la 3e édition d’Oh les beaux jours ! en 2019.

En 2021, elle publie A la folie (Flammarion), résultat d’un an d’observation dans les couloirs d’hôpitaux psychiatriques.

En janvier 2024 paraît Le témoin (Flammarion), dans lequel elle poursuit, cette fois à travers la fiction, son exploration de nos « lieux communs », ceux qui racontent le monde et jettent une lumière crue et acérée sur la société dans laquelle nous vivons.


Bibliographie sélective

  • Le Témoin, Flammarion, 2024.
  • Seyvos, avec Maylis de Kerangal, Inculte, 2022.
  • A la folie, Flammarion, 2021.
  • Sciences de la vie, Seuil, 2017.
  • La Peau de l’ours, Gallimard, 2014.
  • Présentée vivante, Mucem, 2013.
  • Lit national, avec Frédéric Lecloux (photo), Le Bec en l’air, 2013.
  • Comme une bête, Gallimard, 2012.
  • Paris Gare du nord, Gallimard, coll. “L’Arbalète”, 2011.
  • Pas de pitié pour les baskets, avec Olivier Tallec (dessin), Hélium, 2010.
  • Gros œuvre, Gallimard, 2009.
  • Du bruit, Gallimard, 2007.
  • Boys, boys, boys, Gallimard, 2005.

Partager

© Nicolas Serve

Média associé



Abonnez-vous à notre newsletter !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.