Hasard et probabilités

Un monde à la dérive
Rencontre
jeudi 26 mai, 18h
Mucem, auditorium
Entrée libre

Partager

Avec Chawki Amari.
Entretien animé par Sophie Joubert.

Écrivain, journaliste et chroniqueur engagé, caricaturiste et comédien (on l’a vu au cinéma dans Fatima de Philippe Faucon ou dans le très beau film de Karim Moussaoui, En attendant les hirondelles), Chawki Amari est l’une des voix les plus intéressantes et les plus libres d’Algérie.
En France ont paru deux de ses romans, qui sont autant de portes d’entrée sur l’âme d’un pays traversé à la fois par la tragédie et l’absurde, où tout est grave mais jamais dramatique (ou l’inverse), où l’ironie mordante est pratiquée par tous pour défier le non-sens de la vie. Chawki Amari est passé maître dans l’art de la fable et son érudition joyeuse, portée par sa culture scientifique et son goût pour les mythes, offre à la littérature des échappées salvatrices qui fourmillent de sous-entendus sur son pays.

C’est dans un Alger onirique et quelque peu fantastique que nous entraîne Balak, son dernier roman, à travers une idylle tumultueuse entre deux jeunes gens, Lydia et Balak, qui se rencontrent dans un bus. Elle est une jeune femme libérée, débrouillarde et fûtée. Lui, brillant et charmeur, fait partie de la secte des Zahiroune, dont la doctrine s’articule autour du hasard censé conduire le pays à la révolution… Le jeune homme ignore que le directeur des sectes au ministère de l’Intérieur s’apprête à lancer un espion zélé à ses trousses. Sous ses faux airs de polar politique mâtiné de vaudeville, ce roman explore une hypothèse audacieuse : et si le hasard était en fait à l’origine du sacré ? Toutes les croyances inspirées à l’homme depuis la création et construites par lui n’étant alors que désir de conjurer la part d’aléatoire de sa condition. L’amour naissant du jeune couple est le prétexte à de bouillonnantes interrogations métaphysiques qui se jouent à coup de dés…

Une fable savoureuse qui jongle avec l’absurde et la physique quantique en interrogeant la part d’aléatoire dans nos vies.


À lire

  • Chawki Amari, Balak, Les Éditions de l’Observatoire, 2022.
  • Chawki Amari, L’Âne mort, Les éditions de l’Observatoire, 2020.

En coréalisation avec le Mucem.

Abonnez-vous à notre newsletter !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.