Des vies romancées

Ce que peut la littérature
Rencontre
vendredi 27 mai, 16h30
La Criée, Théâtre national de Marseille, petit théâtre
Entrée libre

Partager

Avec Rodolphe Barry, Maylis Besserie et Vanessa Schneider.
Rencontre animée par Guénaël Boutouillet.

Ce que peut le mieux la littérature, c’est rendre plus vrais encore des personnages ayant existé. Les écrivains aiment s’emparer de vies plus ou moins célèbres, instillant dans ces biographies romancées cette part d’imaginaire qui les rend familiers, presque vivants.

Rodolphe Barry s’invite dans l’intimité fiévreuse de Sam Shepard (1943-2017), acteur et écrivain américain, artiste incandescent et touche à tout, en quête de vérité et d’absolu. Dans une épopée haletante, Vanessa Schneider suit Joëlle Aubron (1959-2006), la fille de bonne famille devenue terroriste qui fit trembler la France des années 1980, et écrit le roman de l’impossible révolution d’Action directe. Moins connue est Maud Gonne, la muse du poète William Butler Yeats (1865-1939) que Maylis Besserie fait sortir de sa tombe, située à Roquebrune-Cap-Martin, dans une enquête à rebondissements qui fait revivre ce couple acteur emblématique, acteur de l’indépendance irlandaise.

Trois écrivains sont réunis pour décortiquer avec nous ces exofictions, comme on les nomme désormais, qui s’inspirent de vies réelles en usant des codes du roman.


À lire

  • Rodolphe Barry, Une lune tatouée sur la main gauche, Finitude, 2022.
  • Maylis Besserie, Les Amours dispersées, Gallimard, 2022.
  • Vanessa Schneider, La Fille de Deauville, Grasset, 2022.

Abonnez-vous à notre newsletter !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.