Les beaux jours d’Alice Zeniter

Les beaux jours de...
Grand entretien
vendredi 31 mai, 16h30
La Criée, Théâtre national de Marseille, grand théâtre

Partager

Alice Zeniter et ses invités, Antoine Philias et Victoire Tuaillon.
Entretien animé par Yann Nicol.
Lecture par Maxime Touron.

Généralement, l’exercice du grand entretien consacre des auteurs confirmés qui interrogent leur long parcours. Alice Zeniter est née en 1986 et pourtant, à 33 ans, elle est l’une des plus brillantes écrivaines actuelles, avec à son actif cinq romans (le premier écrit alors qu’elle n’avait que 16 ans), des livres pour la jeunesse, des pièces de théâtre. On se souvient de Sombre dimanche (prix du Livre Inter en 2013) qui l’a fait connaître, de Juste avant l’oubli couronné par le prix Renaudot des lycéens. Mais c’est son dernier roman, L’Art de perdre, qui l’a propulsée sur le devant de la scène littéraire, remportant un énorme succès public et critique ainsi que le prix Goncourt des lycéens en 2017. Cette ambitieuse et éblouissante fresque romanesque fait le récit, entre l’Algérie et la France, d’une histoire familiale sur plusieurs générations. La Guerre d’indépendance, les camps de harkis, les questions identitaires qui parcourent aujourd’hui la société française, la mémoire et l’oubli, tout y est dit avec la puissance narrative et la liberté qu’autorise la fiction.

Quand elle n’écrit pas des romans, Alice Zeniter écrit et met en scène pour le théâtre, crée des spectacles qui croisent la littérature avec la danse ou la musique, publie pour la jeunesse. Elle vient de faire paraître, à l’École des loisirs, un roman écrit à quatre mains, Home Sweet Home, avec Antoine Philias qui sera avec elle sur le plateau de La Criée.

Vive et passionnée, ouverte sur le monde et à l’affût de ses questionnements les plus sensibles, elle partagera ses engagements avec le public. Accompagnée par le comédien Maxime Touron, elle lira quelques uns de ses textes, parlera de la place de la femme dans la littérature avec Victoire Tuaillon, évoquera l’Algérie et les liens familiaux qui l’unissent à ce pays. Le tout avec l’exigence intellectuelle et la générosité qui la caractérisent.
Un grand entretien qui, à l’instar des livres d’Alice Zeniter, s’adresse à toutes les générations !


À lire :

  • L’Art de perdre, Flammarion, 2017 (prix Goncourt des lycéens).
  • Hansel et Gretel. Le début de la faim, Actes Sud Papiers, 2018.
  • Home sweet home, avec Antoine Philias, École des loisirs, 2019.

À écouter
Les couilles sur la table, podcast de Victoire Tuaillon sur Binge Audio.

Recevez notre newsletter !