Boutès ou le désir de se jeter à l’eau

Accords et dissonances
Lecture musicale
jeudi 26 mai, 21h
La Criée, Théâtre national de Marseille, grand théâtre

Partager

Avec Pascal Quignard (texte, lecture, conception) et Aline Piboule (conception, piano).
Transcription de La Mer de Debussy : Yann Ollivo.

L’image d’Ulysse pieds et poings liés au mât de son navire et celle de ses compagnons, les oreilles bouchées à la cire molle pour ne pas se laisser charmer par le chant des sirènes, est un passage marquant de L’Odyssée. On connaît moins en revanche la figure de Boutès, décrite quelques siècles après Homère par le poète grec Apollonios de Rhodes qui, avec courage et un grain de folie, choisit de succomber à ce chant d’une puissance sidérante et se jette à la mer.

Oh les beaux jours! a le grand plaisir d’accueillir Pascal Quignard dont on connaît le goût pour la scène. Sur celle de La Criée, il lira le texte qu’il a consacré à Boutès, neuvième livre que cet immense écrivain voue à la musique (on se souvient du Salon du Wurtemberg ou de Tous les matins du monde, qui fut adapté au cinéma par Alain Corneau).
« Quand Boutès quitte sa rame, il se lève. Quand Boutès monte sur le pont, il saute. Boutès danse. » Boutès quitte le groupe, entre en dissidence et choisit d’aller vers la musique, vers ce chant primordial, animal, qui répond à un appel plus ancien que celui qu’adresse la voix humaine.
Pour plonger avec Boutès, Pascal Quignard sera accompagné par Aline Piboule, une grande pianiste de renommée internationale, dont le jeu allie une puissante énergie et une profonde sensibilité. Ce «récit-récital», comme ce duo d’exception a choisi de le nommer, mêlera des extraits du Boutès de Pascal Quignard, des traductions d’Apollonios de Rhodes, des pièces musicales du répertoire classique – Ravel, Chopin, Fauré, Schubert et Messiaen –, ainsi qu’une transcription inédite de La Mer de Debussy.

Sur les pas de Boutès, une invitation à faire le grand saut en se laissant envoûter par les mots et les notes, sans craindre toutefois de se noyer car Pascal Quignard nous l’assure : « Là où la pensée a peur, la musique pense. »


À lire

  • Pascal Quignard, Boutès, Galilée, 2008.
  • Pascal Quignard, Cahier de l’Herne (dirigé par Mireille Calle-Gruber), éd. de L’Herne, 2021.
  • Pascal Quignard, L’Amour la mer, Gallimard, 2022.

La générosité  de Pascal Quignard est aussi grande que son érudition. Son élan plus intense encore que son savoir. Et tandis que nous réfléchissons sur une phrase, une page, il est déjà passé à la suivante. A ce stade, affirmons à son endroit un désir infini de lecture.

Le Monde, Patrick Kéchichian à propos de Boutès

Abonnez-vous à notre newsletter !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.