Le festival auquel vous avez [hélas] échappé !

Atelier 25

Festival annulé mais… vous êtes quand même invité !

Malgré l’annulation de la 4e édition du festival Oh les beaux jours !, les écrivains et les artistes ont répondu présents. Depuis leur bureau, leur atelier, leur salon ou leur balcon, ils et elles ont joué le jeu de se filmer, de se raconter, de dessiner, d’écrire, de nous parler des livres qui ont compté pour eux… De cet élan est né une programmation de courtes pastilles vidéos qui ont été diffusées du 28 au 31 mai. Rien n’égalera jamais le plaisir qu’ils auraient pris à vous rencontrer à Marseille, mais ils sont heureux de vous transmettre joyeusement leur passion pour la littérature et vous invitent à découvrir des livres, des imaginaires, des idées…

Une émission en direct a inauguré ce cycle avec la remise des Prix du concours Des nouvelles des collégiens en présence des 5 écrivains et des élèves qui ont participé à cette aventure littéraire.

Bon festival !


Les vidéos auxquelles vous n’échapperez pas !

 

Brigitte Giraud et Christophe Langlade auraient présenté au Mucem Rachid Taha, la brûlure, une lecture musicale en hommage au grand chanteur disparu en 2018. Ils nous adressent un extrait de leur texte et de leur musique qui nous transportent dans les années 1980 alors que Taha et son groupe, Carte de séjour, entrent en scène.
3′ 06″

Nous étions heureux d’accueillir Joseph Ponthus en partenariat avec le CipM et la bibliothèque l’Alcazar. Alors que le confinement nous offrait l’occasion idéale de relire tout Proust, il s’est contenté plus modestement de répondre à son célèbre questionnaire…
2′ 09″

Joseph Ponthus était invité au festival pour À la ligne. Feuillets d’usine (La Table ronde, 2018), son premier roman couronné par six prix littéraires. Sa prose poétique et son ample récit nous plongent dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons, à travers le quotidien d’un ouvrier intérimaire.
5′ 51″


Arno Bertina était heureux de venir parler de L’Âge de la première passe (Verticales), paru juste avant le confinement, sans doute son livre le plus personnel, ni fiction, ni essai, ni récit de voyage : « un livre sur les filles des rues que j’ai rencontrées à Pointe-Noire et Brazzaville, dont j’ai voulu décrire la force et les blessures.»
6′ 27″

Une histoire courte
Delphine Bole anime des ateliers dans le cadre des actions culturelles du festival Oh les beaux jours !. Avec des enfants (et beaucoup d’imagination !), elle nous offre « Une histoire courte ».
2′ 52″

Palmarès du prix des collégiens
Avec une maîtrise digne des plus grandes retransmissions télé planétaires, le palmarès de la saison 2 du concours Des nouvelles des collégiens a été révélé le jeudi 28 mai 2020. Vous n’avez pas pu vous connecter en direct ? Revivez cet événement qui vous fait pénétrer dans les coulisses de l’écriture et montre que nos collégiens ont de beaux jours devant eux !
75′


Nous avions eu envie de réunir l’écrivain René Frégni et le magistrat et auteur Serge Portelli. Nul doute que ces deux-là auraient pu trouver des points communs dans leurs parcours humanistes, évoquant notamment le « métier de juger » et les prisons. Ils nous adressent quelques mots rédigés pendant leur confinement, en attendant que reviennent des jours meilleurs.
4′ 36″

En 2016, Marie Cosnay était en résidence à Marseille, à La Marelle. Quatre ans plus tard, elle serait revenue dans la cité phocéenne pour nous parler d’If, son dernier roman paru aux Éditions de l’Ogre, enquête fictionnelle et historique qui nous entraîne de Marseille à Alger. Elle nous en lit un extrait qui fait entendre sa belle écriture alliant documentaire et poésie.
8′ 27″

Benjamin Chaud était invité au festival pour une lecture dessinée des célèbres Taupe et Mulot (Hélium), qu’il aurait présentée en duo avec son complice Henri Meunier. Rappelons que le premier tome de cette série s’appelle… Les beaux jours !Benjamin Chaud nous adresse une série inédite de dessins en mode « tribu confinée » !
1′ 32″


Cédric Fabre était cette année l’un des écrivains associés au projet Des nouvelles des collégiens dont le palmarès a été dévoilé hier. Journaliste indépendant, auteur de romans noirs, passionné par les liens qui unissent rock et littérature, il nous lit un extrait d’un de ses livres, Un bref moment d’héroïsme (Plon, 2017).
4′ 56″

Sylvain Prudhomme avait eu envie de nous lire son dernier roman, Par les routes (Gallimard, Prix Femina 2019). Sur scène, il aurait été accompagné par les musiciens Fabien Girard et Samuel Hirsch. Avec la générosité qui le caractérise, il répond aux questions de Guénaël Boutouillet, l’un des modérateurs intervenant au festival. Un duplex enregistré entre Nantes et Arles pour le public de Marseille (et d’ailleurs) !
42′ 24″

Jean-Marc Pontier et Rebecca Lighieri étaient invités au festival pour se livrer sur scène à une lecture dessinée de leur roman graphique, Que dire ? (Les Enfants Rouges) dont l’héroïne se prénomme Alice. Voyons à quoi elle ressemble dans un petit cours particulier de dessin dédié au public d’Oh les beaux jours !.
1′ 03″


Auteure associée au concours littéraire Des nouvelles des collégiens, Raphaële Frier écrit pour la jeunesse. Pendant le festival, elle aurait été à la rencontre de son public. Accompagnée par le musicien Richard Gérard, elle lit des extraits d’Ado sapiens (Talents Hauts), un roman pour adolescents qui donne des pistes pour imaginer « le monde d’après ». Il y est question de changer sa manière de consommer, dans le respect de la nature.
6′ 13″

Quand est arrivé le confinement,Valérie Manteau était en résidence à Kinshasa, à l’invitation de l’Institut français, en partenariat avec Oh les beaux jours !. Elle travaillait avec le poète et slameur congolais Peter Komondua et le musicien Amoureux Kimpioka sur la création d’une lecture musicale, que nous aurions dû accueillir au festival aujourd’hui. Heureusement, le réalisateur Moimi Wezam a pris soin de les filmer dans une balade musicale qui nous transporte sur les rives du Congo, « à travers temps et fleuve »…
50′ 56″

Iris Brey est l’auteure d’un livre qui a fait beaucoup parler de lui ces derniers mois : Le Regard féminin (Éditions de l’Olivier), un essai à la fois féministe et cinéphilique, qui analyse le regard porté sur les femmes au cinéma et dans les séries. Nous lui avions proposé de venir le présenter avec des projections d’images et d’extraits de films. En voici une courte version illustrée qui vous donnera, on l’espère, envie de la lire !
5′ 05″


Anne Pauly était invitée au festival pour son premier roman, Avant que j’oublie (Verdier), texte très remarqué lors de la dernière rentrée littéraire qui vient de recevoir le Prix du livre Inter 2020. Elle avait choisi de le lire sur scène, accompagnée en musique par Fany Corral. Ensemble, elles nous en livrent un extrait enregistré spécialement pour l’occasion.
5′ 32″

Nous aurions accueilli Virginie Linhart, auteure de L’Effet maternel (Flammarion) un récit qui questionne à la fois la transmission, la maternité, l’histoire de la Shoah, les luttes féministes… Elle répond aux questions de Guénaël Boutouillet dans un entretien réalisé au cours d’un confinement qui a certes stoppé la circulation de son livre à l’extérieur, mais a continué de le faire cheminer en elle…
2’44 »
Télécharger l’entretien en PDF

Nous aurions fait connaissance avec Adriaan van Dis, un auteur néerlandais engagé dont l’œuvre explore les méandres des identités culturelles. Il aurait dialogué avec son compatriote, l’auteur BD Peter van Dongen, qui a récemment adapté son roman Fichue famille (Dupuis). Une programmation imaginée avec la Fondation néerlandaise des lettres.
3′ 14″


 

Rebecca Lighieri – dont il n’est pas interdit de dire qu’elle écrit aussi sous le nom d’Emmanuelle Bayamack-Tam – était invitée au festival à l’occasion de la parution de Il est des hommes qui se perdront toujours, un roman d’initiation sombre et éblouissant, récemment paru chez P.O.L, dont le narrateur est un enfant des quartiers Nord de Marseille.
5′ 39″

Nous avions profité de la résidence de Mathilde Forget aux Correspondances de Manosque pour l’inviter au festival. Elle avait choisi de nous présenter une lecture musicale de son premier roman paru à la rentrée dernière, À la demande d’un tiers (Grasset), accompagnée par le violoncelliste Sébastien Grandgambe. Elle nous en propose ici une version confinée, enregistrée rien que pour nous !
5′ 39″

Nous aurions été heureux d’accueillir le trio suisse David Pellegrino, Aude Seigne et Daniel Vuataz, auteurs de Stand By, un feuilleton littéraire inspiré des séries télé, paru en plusieurs saisons chez Zoé. Sur scène, les auteurs nous auraient tout dit de leur expérience d’écriture à six mains dans une performance malicieuse et stimulante.
1′ 03″


Juste avant le confinement est paru La Maison indigène (Actes Sud), le dernierlivre de Claro, peu habitué aux récits personnels. C’est pourtant son grand-père, Léon Claro, architecte d’une maison bâtie à l’entrée de la Casbah d’Alger pour célébrer les 100 ans de la présence française en Algérie, qui est à l’origine du titre de ce livre d’une grande liberté formelle. Claro dialogue à l’écrit avec Guénaël Boutouillet.
2′ 21″
Télécharger l’entretien en PDF

Cette année, Oh les beaux jours ! aurait pu prendre une couleur indienne. L’Institut français nous avait proposé d’accueillir des auteurs indiens. Et puis le confinement est arrivé, de Marseille à Dehli… Nous avons tout de même eu envie de vous faire découvrir la voix d’Anuradha Roy, traduite en français chez Actes Sud. Elle s’adresse à nous depuis le petit village de l’Himalaya où elle vit.
2′ 44″

Alfred

Des beaux jours sans Alfred ? Impossible ! Présent depuis la première édition du festival pour des concerts dessinés inoubliables, l’auteur BD Alfred serait revenu en saison 4, accompagné cette fois au dessin par son camarade Charles Berberian, et en musique par Bastien Lallemant et JP Nataf. Pour sécher nos larmes, il a fait un dessin.

Voir le dessin d’Alfred


Le festival vu de l’intérieur !

 

Capucine Merkenbrack et Chloé Tercé, graphistes de l’Atelier 25, conçoivent l’identité visuelle colorée du festival depuis sa création. Elles nous dévoilent leurs sources d’inspiration pour réaliser des affiches où Marseille se réinvente chaque année !
3′ 24″

Oh les beaux jours !, ce n’est pas seulement un festival qui dure en temps normal 6 jours en mai. Toute l’année, nous organisons des actions culturelles qui s’adressent à plus de 2 000 participants et impliquent près de 60 structures partenaires. Camille Lebon et Maïté Léal les présentent joliment à travers le plus long plan séquence de l’histoire… des festivals littéraires !
3′ 54″

Compagne du festival depuis sa création, Élodie Karaki anime des rencontres littéraires mais aussi des ateliers de critique tout au long de l’année. Les beaux jours lui manquent et elle l’exprime clairement dans un beau texte mélancolique qui dit aussi son rapport aux livres et aux écrivains, et qu’elle a accepté de nous lire.
Merci à elle !
3′ 18″


MERCI !
Nadia Champesme et Fabienne Pavia, codirectrices du festival, adressent leurs remerciements et vous donnent rendez-vous pour la 5e édition d’Oh les beaux jours !
2′ 32″


 

Voir toutes les vidéos

Abonnez-vous à notre newsletter !