cccccc

Archives

La Nouvelle Sparte d’Erik L’Homme

Avec Erik L’Homme. Rencontre animée par Élodie Karaki

Deux siècles après les grands bouleversements qui ont balayé le monde d’avant, Nouvelle-Sparte vit en paix au bord du lac Baïkal. Valère et Alexia, seize ans, se préparent à devenir pilotes d’élite quand une série d’attentats sème le chaos dans la cité. Qui se cache derrière ces lâches attaques ? Les fanatiques du Darislam ? Les patriciens corrompus de Paradise ? Valère est chargé par le Directoire de mener l’enquête. Une mission périlleuse qui va le plonger dans les sombres entrailles de l’Occidie…

Auteur jeunesse « super liké », célèbre pour sa trilogie Le Livre des étoiles, Erik L’Homme signe un nouveau roman d’anticipation, Nouvelle-Sparte (Gallimard, 2017), qui nous transporte dans univers futuriste où se mêlent mythologie grecque et science-fiction. Ouverte à tous, cette rencontre avec l’auteur est l’occasion de refaire le monde… et aussi le monde qui vient !


À lire :

  • Erik L’Homme, Nouvelle Sparte, Gallimard jeunesse, 2017.

Qui contrôle le passé contrôle le futur

Rencontre autour de la nouvelle traduction de 1984 de George Orwell.
Avec Josée Kamoun, Pierre Ducrozet et François Angelier.
Rencontre animée par Élodie Karaki.

1984, le chef d’œuvre dystopique de George Orwell est sorti en France en 1950 chez Gallimard. Le voilà qui reparaît ces jours-ci chez le même éditeur, dans une nouvelle traduction de Josée Kamoun qui en accentue l’implacable modernité. Quoi de neuf dans ce nouvel opus ? L’histoire reste évidemment la même – Big Brother règne en maître sur un État totalitaire qui s’emploie à gommer toute forme d’individualité –, mais la langue d’Orwell a gagné en fluidité. Exit les tournures académiques et les choix lexicaux parfois aseptisés ; le nouveau texte restitue avec plus de force encore la terreur dans toute son immédiateté, sans gommer pour autant les particularités stylistiques de cette œuvre géniale.

Josée Kamoun (qui traduit aussi Philippe Roth et John Irving) dialoguera avec l’écrivain Pierre Ducrozet (dont le récent L’Invention des corps transpose à l’ère numérique les dérives déjà dénoncées dans le roman d’Orwell), ainsi qu’avec l’homme de radio (Mauvais Genres), journaliste (Le Monde) et auteur François Angelier qui nous en dira plus sur les liens entre Orwell et la guerre d’Espagne. On sait peu, en effet, que la participation du romancier britannique – en tant que combattant – à la guerre civile espagnole a joué un rôle majeur dans l’écriture de 1984.
Une rencontre passionnante en perspective avec aussi, en exclusivité pour Oh les beaux jours !, une interview du grand scénariste de BD Pierre Christin (Valerian…), filmé dans son atelier où il prépare pour la rentrée une biographie dessinée d’Orwell…


À lire :

  • George Orwell, 1984, traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Josée Kamoun, Gallimard, 2018.
  • François Angelier, Bloy ou la fureur du Juste, Points, 2015.
  • Pierre Ducrozet, L’Invention des corps, Actes Sud, 2017.

À paraître : Pierre Christin, Sébastien Verdier, Orwell Orwell, Dargaud, septembre 2018.

L’Invention des corps

Avec Pierre Ducrozet (texte, voix) et Isard Cambray (composition, piano).

« À quoi ça pourrait ressembler, un roman du xxie siècle ? (…) J’ai imaginé un roman sans centre, fait de plis et de passages, de liens, d’hypertextes, qui dédoublerait le mouvement du monde contemporain, en adoptant Internet comme sujet et comme forme. »

Dans L’invention des corps (Actes Sud, 2017), Pierre Ducrozet tisse des liens entre les hackers d’Anonymous et les transhumanistes de la Silicon Valley, entre les cellules souches et Hiroshima, entre Google et le LSD, la peau et l’infini… Exploration tentaculaire des réseaux qui irriguent et reformulent le contemporain – du corps humain au World Wide Web – ce roman cristallise les enjeux de la modernité avec un sens crucial du suspense, de la vitesse et de la mise en espace.

Lors de cette lecture musicale, les voix de Pierre Ducrozet et du musicien Isard Cambray se mêlent autour d’un piano mélodique et de sonorités électroniques. Insufflant vie et mouvement aux personnages du roman, ils composent le son d’une époque.


Lecture musicale créée aux Correspondances de Manosque 2017.


À lire :

  • Pierre Ducrozet, L’Invention des corps, Actes Sud, 2017.

1+9+8+4, le concert dessiné

Avec Alfred, Mathilde DomecqRichard Guérineau, Benoit Guillaume, Laureline Mattiussi, Rémi Foucard (claviers, chant), Jérôme Sedrati (batterie, chant) et Yan Wagner (chant, claviers).

L’an dernier, Alfred et ses complices de la BD, accompagnés par le saxophoniste Raphaël Imbert, avaient enflammé La Criée en revisitant le Banjo de Claude McKay. Cette année, c’est au tour d’un autre roman culte, 1984, de servir de trame à la création d’un nouveau « concert dessiné », cette performance collective qu’Alfred pratique en maître : sur scène, cinq dessinateurs mêlent leurs univers et leurs crayons pour faire vivre en images le roman de George Orwell.
Afin d’en souligner la dramaturgie futuriste, le musicien-compositeur Yan Wagner – connu pour ses albums d’électro-pop et son duo avec Étienne Daho – déploie sa palette de sons hypnotiques et interprète en direct avec ses musiciens la bande son de la soirée.
Une autre manière, inventive et décalée, de (re)découvrir le chef d’œuvre d’Orwell !


Retrouvez les auteurs BD en dédicace après le concert dessiné !


À voir, la vidéo du concert dessiné :